Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Articles avec #temoignages tag

TEMOIGNAGE D'UNE DAME QUI A RENCONTRE MURIEL EN 1973

14 Octobre 2016 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

je viens découvrir le décés de muriel Baptiste .... car je viens de penser à elle que j'ai rencontrée(approximativement 1973 -74 sur la plage de st cyprien à côté de Perpignan ma région d'origine ... elle profitait comme moi du soleil et presque à côté de moi sur la plage ... je l'avais admirée dans les rois maudits et je n'ai pas tout se suite mis un nom sur son visage ... nous avons bavardé trés agréablement ,elle a un peu évoqué un parallèle entre le cinéma français et anglais , j'ai toujours gardé en mémoire la présence de ce moment ...

Madame GRIERE née CAILLENS.

 

Lire la suite

Un comédien se souvient de Muriel

6 Septembre 2014 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

Serge Martina, né en 1943, tournait l'épisode des "Cinq dernières minutes" : "Un gros pépin dans le chasselas" lorsque Muriel jouait sur un plateau voisin aux Buttes Chaumont.

J'ai terminé votre livre d'amitié sur Muriel Baptiste. J'en suis sorti bouleversé. Jamais je n'aurais pu me douter qu'elle ait eue une vie si dramatiquement difficile après le moment de gloire tant aléatoire qu'éphémère que nous connaissons tous. Il est vrai que, je n'ai eu avec elle que des relations plus ou moins professionnelles, aux Buttes Chaumont, à l'époque des Rois Maudits (je tournais un 5 dernières minutes sur un plateau voisin). Je vous remercie de l'avoir fait revivre ainsi, au travers de quelques unes de ses expériences théâtrales, cinématographiques et télévisuelles. Merci encore, et pour elle et pour nous. Serge Martina.

 

serge-martina.jpg

Lire la suite

Muriel Baptiste : "La vie, quelle gifle"

22 Octobre 2013 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

Je ne vais pas tout dévoiler car j’écris un livre mais j’ai pu avoir une superbe interview de Bernard Rousselet.

A la différence d’Anne Vernon, il se souvient d’une personne agréable, jolie, pleine de talent, mais fragilisée par la vie.

Il se rappelle que Muriel n’arrêtait pas de dire « La vie, quelle gifle ». Pour lui ce tournage de 1971, « C’est loin mais c’est tout près ».

« Sur le plateau, elle était professionnelle, pas compliquée dans le travail, ne buvait ni ne se droguait »

Durant les prises de vue, Muriel s’est séparée de l’homme qu’elle aimait à l’époque

 Avec Bernard Rousselet, ils ne se sont pas quittés bons amis, Muriel ayant des hauts et des bas (et son petit caractère, ça c’est moi qui l’ajoute vu le nombre de témoignages en ce sens), mais il a pris de ses nouvelles ensuite, par le biais de la comédienne Annie Sinigalia (On se souvient que Annie et Muriel étaient très amies). Annie et Bernard se revoyaient pour faire de la synchro. Un jour, Annie lui a dit : « Muriel vit dans un appartement qui n’a plus de meubles, je ne peux plus l’aider, j’ai cessé de la voir, cela me fait plonger moi aussi ».

  Bernard Rousselet : « Je pense souvent à elle, on ne s’est jamais revus, elle avait une fêlure, on a tous une part de ça en nous.  Pour des gens qui vivent une souffrance comme ça, la mort est une délivrance ».

 

Le reste sera dans mon livre, dont Bernard Rousselet pourrait bien m’avoir donné le titre : « La vie, quelle gifle », puisque Muriel répétait cela tout le temps.

 

17e-episode-tele-poche.jpg

Lire la suite

Anne Vernon : "Muriel Baptiste ne mérite pas un livre"

19 Octobre 2013 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

ANNE VERNON : « MURIEL BAPTISTE NE MERITE PAS UN LIVRE »

 

Contactée par téléphone le 19 octobre 2013, Anne Vernon (c’est son nom d’artiste) m’affirme d’abord n’avoir jamais joué dans « Les dernières volontés de Richard Lagrange ». L’ex actrice, ex Madame Badinter, se consacre à la peinture depuis 1972. A 89 ans, elle confond avec un autre feuilleton, « Pont Dormant ».

 

Puis, en mentionnant  Jean Claudio, elle se souvient : « Ah oui ! La jeune première ! Ce n’était vraiment pas quelqu’un d’intéressant. Elle avait beaucoup de problèmes. Elle était amoureuse, cela ne marchait pas. Pour moi, elle n’était pas très intéressante. Elle se plaignait de tout. Pour moi les gens comme elle qui se plaignent de tous les malheurs du monde et rejettent leurs problèmes sur les autres ne sont pas intéressants. Elle ne mérite pas qu’on écrive un livre sur elle. Qu’a-t-elle tourné d’autre ? Ah oui, Marguerite de Bourgogne ? Mais c’était un petit rôle. Elle était dépressive. Qu’est-elle donc devenue ? Elle s’est suicidée ? Je n’ai aucun autre souvenir d’elle. Pour moi, les gens comme elle ne méritent pas que l’on s’intéresse à eux ».

 

Photo_inedite_Muriel-dans-Richard-Lagrange.jpg

Lire la suite

Georges Ser

1 Octobre 2013 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

J’ai eu ce soir Georges Ser au téléphone, pour lui annoncer la parution sur internet de son interview  par Denis Chauvet au sujet des « Brigades du tigre » sur le site Avengers. Profitant de l’aubaine, je lui ai demandé s’il avait quelque anecdote sur Muriel Baptiste. Il n’avait pas de scènes communes avec elle, ne l’a jamais cotoyée, ni même mangé avec à la cantine ni revue après le tournage. Il a appris son décès il y a quelques années. Comédien abordable et sympathique.

 

GEORGES-SER.jpg

Lire la suite

Marie-Claude Mestral

30 Septembre 2013 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

Les années passent et les témoins qui ont cotoyé Muriel se font rares. Aussi est-on déçu lorsque l’une de ses partenaires n’a strictement aucune anecdote à raconter et ne l’a même pas approché sur le tournage, n’ayant aucune scène commune.

 

J’ai eu ce soir au bout du téléphone Marie Claude Mestral, dont la voix est toujours celle que l’on peut entendre dans le DVD « La Princesse du rail ». Et elle n’avait rien à me dire sur Muriel, « dans le feuilleton, elles n’étaient pas très copines, elles étaient rivales ».

 

19543_3.jpg

Lire la suite

Lettre d'une téléspectatrice

21 Décembre 2010 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

Dans "Télé 7 Jours" N° 664 du 13 janvier 1973, on trouve page 10 une lettre de téléspectatrice.

 

"Le meilleur dans Les Rois maudits : Jean Piat. Le plus digne, le plus royal : Georges Marchal.  Mais la surprise, j'avoue qu'elle m'a été donnée par la jeune Muriel Baptiste, qui a fait de grands progrès depuis sa dernière apparition dans "les dernières volontés de Richard Lagrange". Elle est devenue une bonne comédienne.

Mme GRANIER, PARIS 18e

 

9721 1244034546847 1408878678 703559 3074913 n

Lire la suite

Nous savons pourquoi Muriel Baptiste a arrêté sa carrière

26 Septembre 2010 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

Et cette information, nous l'apprenons de Muriel elle-même.

Le jeudi 14 janvier 1982, Muriel se trouve à l'agence de casting PUBLICOM dans le 2e arrondissement de Paris, près du métro 4 septembre. L'endroit se trouve entre l'Opéra et le Palais Royal. C'est elle qui s'occupe de l'agence.

Elle porte un pantalon noir, un col roulé, des lunettes fumées. Ses cheveux sont assez ternes.

Mais la personne qui la reconnaît lui pose la question :

- Vous êtes Muriel Baptiste ?

- Oui.

- J'ai aimé votre rôle de Marguerite de Bourgogne dans "Les Rois maudits".

- Ce fut mon plus beau rôle. (Cela avait fait plaisir à Muriel qu'on lui en parle).

- Pourquoi n'avez-vous pas continué ensuite ?

- J'ai été malade..

 

Merci au comédien Jean Marc Cozic pour ce témoignage bouleversant

 

.

 

Lire la suite

LE VOILE SE DECHIRE

10 Avril 2010 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

La certitude se fait à chaque nouveau témoignage : Muriel Baptiste ne s'est pas suicidée.

Elle était malade depuis 1979. Elle avait pris énormément de poids et se cachait du monde. Trois comédiens qui l'ont aperçue entre 1979 et 1985 (témoignages non concertés et deux d'entre-eux au moins sur trois ne se connaissent pas) ont fait le même récit d'une rencontre dans Paris et d'une Muriel mal à l'aise.

La thèse que j'avancerai dans le livre ne sera donc pas celle du suicide, puisque les proches qui ont connu Muriel sur sa fin possèdent davantage d'informations précises que les gens du spectacle avec lesquels Muriel avait coupé tous les ponts dès 1974

Muriel était alcoolique, sur ce point, plusieurs témoignages se recoupent.

Dans Télémagazine 23 février 1967

 

Découvrir, après cinq années (annonce publique que Muriel s'est suicidée dans ICI PARIS - témignage de "Mahaut" Hélène Duc  - en novembre 2005) et presque quinze ans après son décès que Muriel ne s'est pas suicidée (sauf à penser que l'alcool est un "suicide lent") ne change certes rien au destin. Muriel ne reviendra pas.

Mais la mort par suicide provoquait un chagrin plus intolérable que celle par maladie.

Cela brise aussi un immense point commun entre l'auteur de ces lignes (suicidaire) et le sujet de son admiration.

Pour le livre, seconde biographie dédiée à Muriel Baptiste, il y aura donc une vérité rétablie sur les circonstances de la vie et de la mort de la comédienne.

En un sens, je me sens aujourd'hui plus de point commun avec la première épouse de Michel Delpech, Chantal Thomas, qui a mis fin à ses jours.

Voici ce qu'écrivait le chanteur dans son livre "L'homme qui avait construit sa maison sur le sable" (Editions Robert Laffont, 1993) :

"Le 20 février 1985, alors que je suis en train de travailler chez moi sur le texte d'une chanson avec un ami, je reçois un coup de téléphone qui m'apprend la nouvelle : Chantal s'est suicidée à Auckland avec son compagnon. Cela ne m'ébranle pas outre mesure. Surtout, cela ne m'étonne pas, je m'y attendais. Je pressentais ce drame depuis longtemps. Ils s'étaient embarqués tous les deux dans une espèce de rêve d'hallucinés. Leur réflexion, leur conception du monde avaient un caractère infantile. Je l'avais constaté lorsque j'étais allé leur rendre visite à Moorea. Ils étaient parvenus à une espèce de nihilisme complet, à la paresse absolue. A vivre de telle manière qu'il n'y a plus rien à attendre. Cet évènement n'est que la conséquence logique d'une attitude, d'une sorte de suicide lent auquel j'avais vaguement assisté. Rien de surprenant. Déjà, au tout début de notre rencontre, elle avait tenté une fois de mettre fin à ses jours. Je rentrais de spectacle. Deux amis m'attendaient chez moi pour m'annoncer qu'elle avait été transportée d'urgence à la clinique. Je n'ai jamais su pourquoi. Je lui ai posé la question, jamais je n'ai obtenu de réponse. Sa détresse concernait  sa propre histoire, qui n'était pas liée à la mienne. Je m'amusais beaucoup à l'époque, je n'étais pas du tout dépressif. Au moment où je m'enfonçais dans la maladie, elle faisait la fête. Elle sortait avec des jeunes garçons de dix-huit ans, prenait de l'héroïne. Chantal était allée jusqu'au bout, de ses propres limites,  jusqu'au point de non-retour. Je crois pouvoir dire qu'elle avait totalement perdu le sens et le contrôle de sa vie; qu'elle s'est détruite avec une persévérance pathétique".

(Fin de la citation de Michel Delpech)

 

Deux comédiennes partenaires de Muriel se sont suicidées : Michèle Girardon en 1975 à la suite d'un chagrin d'amour, Olga-Georges Picot en 1977 à la suite d'une longue dépression. Muriel Baptiste mordait la vie à pleines dents, du moins jusqu'à ce que la maladie la frappe en 1979 ou 1980. Olga, qui traînait son mal de vivre depuis des années, et fut la partenaire de Muriel dans "Les dernières volontés de Richard Lagrange" et "Le premier juré", s'est jetée du cinquième étage de son immeuble parisien en 1997. Un destin qui rappelle Mike Brant.

Le suicide longuement prémédité de Chantal Thomas Delpech, cette conception du monde "infantile" que relève son veuf, me sont bien plus familières que le destin de Muriel Baptiste. J'en suis profondément navré. Il me semblait que le mal de vivre de Muriel était pareil au mien. En 1971, invitée à dîner par l'acteur Jacques Serre et son épouse, elle déclarait avoir des angoisses nocturnes. On retrouve les angoisses de Muriel dans ses personnages de Marguerite de Bourgogne et d'Annunciata Vidal (personnage qui se suicide). Mais son destin n'est pas la conséquence de ses angoisses.

J'ai le sentiment ce jour, en plus de la séparation qu'à causé la mort, d'un éloignement cruel de la Muriel que j'aime et aimais. Je me sens plus proche de Chantal Thomas Delpech, de Patrick Dewaere et de Mike Brant. De la chanteuse Gribouille qui s'est donnée la mort en janvier 1968 à un mois de la sortie de son premier album prometteur.

L'information que je donne montre la fragilité de la fiabilité de l'information. Pour les médias, Muriel Baptiste, à moins que je rétablisse dans une seconde biographie la vérité, s'est suicidée.

 

 

Lire la suite

15 ans après, une autre vérité ?

7 Avril 2010 , Rédigé par patricks Publié dans #TEMOIGNAGES

Deux témoignages récents de personnes proches ou ayant eu accès à des proches de la comédienne sont formels : Muriel Baptiste était malade mais ne s'est pas suicidée.

Dans la biographie que je prépare (si je l'achève jamais un jour), je présenterai les différentes thèses sur la mort de Muriel.

Rappelons que la nouvelle du suicide (le 7 septembre 1995) a été annoncée d'abord par Yvan Foucart en 1999 dans son ouvrage "Dictionnaire des comédiens français disparus"

http://www.appl-lachaise.net/appl/article.php3?id_article=1820

 

et ensuite reprise par le site "Les gens du cinéma" de Yvan Foucart où il est indiqué : "La thèse du suicide a été avancée".

 

Le réalisateur Henri Spade m'a affirmé dans un entretien téléphonique de janvier 2006 que Muriel Baptiste avait mis fin à ses jours en raison de sa carrière avortée, et au moyen d'alcool mêlé à des médicaments.

La comédienne Hélène Duc (Mahaut d'Artois dans "Les Rois maudits" et trois fois partenaire de Muriel dans plusieurs téléfilms des années 60) avait déclaré dans "Ici Paris" : "Elle n'a eu aucun succès, elle s'est suicidée" (Novembre 2005) mais dans un courrier, m'a précisé avoir "ouie dire" qu'elle avait mis fin à ses jours sans autres détails.

 

Saura-t-on jamais, maintenant que son dernier compagnon vient de disparaître, la vérité ?

 

000030.jpg

 

12 rue Pierre BUDIN, Paris 18eme, lieu du décès de Muriel Baptiste.

Lire la suite
1 2 3 > >>