Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Fans de Muriel Baptiste

Articles récents

18 août 1972

18 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Arrivée à Bagnoles de l'Orne, station thermale. En août 1973, cheminer le long des sentiers de forêts s'associera à la série "Les Rois maudits" puisque l'endroit est hors du temps, et que l'on voit un décor médiéval rappelant "Thierry La Fronde" ou "Robin des bois".

Globalement, si Muriel Baptiste ne sera pas dans les programmes télé pendant ce séjour, je vais rater la rediffusion de la série "Le Prisonnier" avec Patrick Mc Goohan, des "Corsaires" avec Michel Le Royer, de l'épisode de "Mardi Soir" du genre épouvante "La ferme de Crowhaven" avec Hope Lang diffusé avec le rectangle blanc. Je reverrai "Les corsaires " en 1975 et "La ferme de Crowhaven" en 1977. Par contre en 1974, je serai sans télé à Bagnoles de l'Orne pour un 3e séjour lors de l'ultime apparition de Muriel Baptiste dans "Un curé de choc".

Heureusement que "Les Rois maudits", contrairement à ce qui été annoncé dans Télé Poche, ne sera pas diffusé en septembre 1972 car nous ne rentrerons qu'à la mi-septembre.

Premier souvenir de Bagnoles, l'appartement dans "la villa les Lierres", pension de famille qui n'existe plus aujourd'hui (c'est un bâtiment administratif. Je lance gentiment une petite voiture vers mon chien qui avec sa patte me la renvoie!

Je vais découvrir Alençon et le musée des dentelles, le pont de Tancarville, la chapelle Montligeon qui se dresse dans la campagne comme une cathédrale en pays rural à Mortagne sur Perche.

Etant partis sans radio, ne l'ayant pas dans la voiture, nous allons entendre les voisins brancher sans arrêt la radio : ce seront les sinistres attentats de Munich.

Bagnoles était à l'époque une commune animée, qui jouxtait Tessé la Madeleine. Depuis 2000, les deux communes sont rattachées. Y étant retourné en 2006, j'ai trouvé l'endroit tristounet et peu vivant, tout le monde est couché à 19h. Il n'y a que des personnes âgées alors que des familles avec enfants y venaient en 1972. La ville est construite autour d'un lac. J'y ai fait du poney et du pédalo.

Muriel elle se préparait au tournage du "Premier juré" que j'ai chroniqué sur ce blog.

 

Lire la suite

17 août 1972

17 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Nous voilà sur la route des vacances destination Bagnoles de l'Orne en Normandie. Sur l'autoroute, dans une aire de repos, je trouve trois livres soldés : "Faites confiance au Saint", "Ici Le Saint", "Bob Morane : Mission à Orly". Quarante ans après, j'ai toujours ces romans en état neuf!

 La sim'4 (Simca 1000 4cv modèle 1970) à la hauteur de Beaune (lieu où dix ans plus tard aura lieu le drame de l'accident d'autocar où moururent 44 enfants), tomba en panne. C'était une durite. Mais n'ayant pas tenu de journal, je ne me souviens plus des quatre années où nous avons fait ce trajet laquelle il se produisit. Je me souviens que nous fûmes remorqués et que la voiture fut rapidement réparée.

 Nous filions vers la Normandie en ayant décidé de faire une étape en route. Ce fut la plupart du temps à Fontainebleau, mais ce jour là, ma mère ne vit pas un feu rouge à Etampes et fut arrêtée par un agent de police.

 Pour Etampes, je me souviens parfaitement que c'était en 1972. Le policier vit que ma mère qui conduisait était pied noir, et le fit remarquer, et nous n'avons jamais été verbalisés, sans qu'il ne dise rien sur l'instant. Peut être dressa t il son PV et ensuite  le déchira-t-il ? Il devait s'agir d'un pied noir. En 1972, la fin du conflit franco-algérien ne datait que de dix ans et les sensibilités sur cette partie de l'histoire étaient encore à fleur de peau. Nous dormîmes dans le premier hôtel trouvé à Etampes.

 Et Muriel dans tout cela me direz vous ? Eh bien, elle était nettement plus présente que lorsque j'évoque la télé tristounette des jours avant.  Nous fîmes en effet une étape ensoleillée à Paray Le Monial, où la basilique est une merveille. Mon grand-père et mon oncle y sont inscrits pour des messes éternelles.

 Entouré de jardins, l'endroit s'accorde parfaitement à la rêverie. Et il me semblait que Muriel m'accompagnait sur ses chemins bucoliques bien davantage qu'en restant chez moi.

 Je croyais que c'était la ville natale de Bernard Thévenet, le champion cycliste de l'époque, et j'apprends qu'il est né à St Julien de Civry.

 C'est dans un endroit pareil à Paray Le Monial, où mes parents se rendirent pendant ces vacances là, La Chapelle Montligeon, que l'on m'acheta une chevalière où je gravais quelque temps plus tard, comme je l'ai raconté sur ce blog, M (pour Muriel) à l'intérieur.

 En juillet, j'avais hérité d'un compagnon à quatre pattes adorable, un chien, et j'étais amoureux de Muriel, insouciant et pensant alors que toute ma vie allait être aussi rose.

 

Lire la suite

16 août 1972

16 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Un héros de légende débarque à 12h30 à la place de "Yao" : "Bob Morane", d'après les romans d’Henri Vernes. Claude Titre est Bob Morane et Billy Kearns son fameux acolyte Bill Ballantine.

La série comporte 26 épisodes (13 seulement seront rediffusés) qui sont en noir et blanc et que seuls les téléspectateurs qui avaient la deuxième chaîne en 1965 ont pu voir.

Je ne vais voir - pour cause de départ en vacances - que le premier épisode, "Le cheik masqué" Le seul que j'ai vu dans ma vie car cette série n'est jamais programmée, sans doute à cause du noir et blanc.

Ironie du sort, le lendemain sur l'autoroute, à une aire d'autoroute, je vais acheter en solde des livres dont le seul roman que je possède depuis de "Bob Morane": "Mission à Orly".

Je regretterai beaucoup de ne pas voir l'épisode écossais "Le dragon des Fenstone" (en vacances sans télé, j'achète quand même Télé Poche) qui est bien sûr une allusion au Loch Ness.

A 19h35, dixième (et dernier pour moi) épisode de "Flipper le dauphin" : "Tante Marthe".

C'est tout ce qu'il y a d'intéressant à la télé. La Une le soir propose des variétés pas variées, puisque centré sur un seul chanteur, "Docteur Pierre et Mister Perret", et la 2 consacre, avec un film obscur, ses dossiers de l'écran à "Saint François d'Assises".

Loin de chez moi, découvrant la Normandie, à laquelle pour cette raison elle reste bien malgré elle liée dans mes souvenirs (Nous irons quatre fois au même endroit jusqu'en 1975), je vais avoir encore plus l'occasion de penser à Muriel.

 

Lire la suite

15 août 1972

15 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Bien que ce soit le 15 août, les programmes ne sont pas à la fête. Ainsi, la 2 propose à 14h30  "Le Masque de fer", mais c'est une obscure adaptation italienne de 1954 très éloignée d'Alexandre Dumas et sans acteurs connus.

La Une a choisi à 16h45 "L'étoile du destin", de 1952, avec Ava Gardner et Clark Gable.

Dernier épisode de "Yao" qui sera remplacé dès le lendemain par "Bob Morane" d'après l'œuvre d'Henri Vernes.

Pierre Tchernia en soirée sur la Une propose "300 000 images environ", qui est en fait une rediffusion d'un programme du jour de l'an 1971. 

Reste la 2 à 20h30 avec le septième épisode de "Mardi Soir": le western "Yuma" avec Clint Walker. Il n'y a vraiment que cela à regarder.

Pendant ce temps, j'ai autre chose en tête, Muriel bien sûr.

 

Lire la suite

VALERIE

14 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #HORS SUJET

A partir du 26 juin 1974, chaque soir sur la 2e chaîne ORTF, je regardais un feuilleton sentimental genre "Les dernières volontés de Richard Lagrange" : "Valérie", avec une débutante, Sylvie Milhaud (peu connue car elle n'a ensuite fait que du théâtre).

Ce feuilleton était passionnant, mais comportait 40 épisodes. On y retrouvait Guy Chapelier (la voix française aujourd'hui de l'acteur Scott Bakula), Gisèle Casadessus, Gabriel Cattand, Bérangère Dautun, Georges Staquet (celui qui en valet de Robert d'Artois Lormet étrangle Muriel enfin Marguerite de Bourgogne dans "Les Rois maudits").

Mais le 23 juillet, nous sommes partis en vacances à Bagnoles de l'Orne (le mercredi 24, je ratai ainsi Muriel Baptiste dans "Un curé de choc") et donc je pensais ne jamais voir la fin, d'autant plus que malgré un grand succès et le fait qu'il soit tourné en couleurs, ce feuilleton n'a pas été rediffusé.

J'ai fait l'étrange expérience, 43 ans plus tard, de voir la fin, en fait ayant un peu oublié les premiers épisodes, j'ai regardé les 40 épisodes sur le site de l'INA.

Après un début foudroyant, une intrigue passionnante, qui correspondait à ce que j'avais vu, les scénaristes ont visiblement manqué d'imagination. Au bout de 20 épisodes, ils ne savent plus quoi inventer, et la fin, que je n'avais donc jamais vue, se révèle décevante.

Je n'aurais jamais cru, tant de temps après, voir la fin de ce feuilleton typique de l'époque de Muriel.

 

Lire la suite

14 août 1972

14 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Neuvième épisode de "Flipper le dauphin" sur la 2 à 19h35 et un bon film l'après-midi sur la Une : "Mathias Sandorf" avec Louis Jourdan, c'est à peut près tout ce qu'il y a de regardable ce soir.

La Une en est au huitième épisode du feuilleton canadien soporifique "La feuille d'érable" à 20h30 sur la Une. Précédé par le débile "Suivez Budart " dont c'est le cinquième épisode. "Yao" approche de la fin avec le 12e épisode mais ne sera pas regretté comme "La Princesse du rail".

Sur la 2, un de ces navets que l'ORTF nous proposait : "Salomon et la reine de Saba" avec Yul Brynner et Gina Lollobrigida.

Le départ s'approche, ce seront les premières vacances depuis l'été 1968. Destination Bagnoles de l'Orne en Normandie.

Je l'ignore mais loin de la télé, je vais encore plus penser à Muriel Baptiste.

En effet, il n’y avait pas que les diffusions à la télévision qui comptaient, il y avait aussi l’attente, délicieuse, qui deviendra intolérable en 1974, de la revoir. Pour l’heure, « La double vie de mademoiselle de La Faille » et « Les Rois maudits », annoncés dans son interview de Télé Poche de juillet.

Muriel Baptiste, personne ne la connaissait. Malgré « La Princesse du rail », « Zoé » et « Richard Lagrange », elle n’avait pas assez marqué les esprits. Lorsque j’en parlais à quelqu’un, ce qui arrivait rarement, il ne voyait de qui il s’agissait. Une actrice ?

A la rentrée de septembre 1972, j’allais saturer mon meilleur ami Francis en lui confiant cette passion. Patient, il m’écoutera parler d’elle jusqu’à ce que nos chemins se séparent en juin 1974 en fin de classe de troisième. Son père, militaire, changeait souvent d’affectation. Arrivé de Besançon en septembre 1971, il partira pour Agen à l’été 74. De toute façon, nous aurions été séparés car j’étais nul en mathématiques, et allais suivre la filière littéraire, le baccalauréat A, tandis que Francis, scientifique, se dirigeait vers une seconde « T ».

Francis a rejoint Muriel en 2006, foudroyé par une crise cardiaque jeune (il était mon aîné d’un an).

 

Lire la suite

13 août 1972

13 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Il est question de Muriel deux fois dans le Télé 7 jours du 12 au 18 août : une lettre concernant Bernard Rousselet dans "Richard Lagrange" évoque l'actrice.

Mlle M. CERRI de Paris 14 écrit : "Dans toutes les critiques du feuilleton "Les Dernières Volontés de Richard Lagrange", j'ai constaté qu'il était toujours question de Muriel Baptiste. Non seulement elle est charmante, mais c'est une très bonne comédienne, étonnante de vérité". 

Le reste concerne Bernard Rousselet. Vous aurez noté l'erreur de calligraphie de Télé 7 jours avec le V majuscule à volontés.

Second article en fin de magazine : Page 79 dans la rubrique "L'opinion de nos lecteurs", on peut lire : "Emissions les plus appréciées : "Les Dernières Volontés de Richard Lagrange - encore un V majuscule! - pour le talent et la gentillesse de Muriel Baptiste".

Muriel est encore très présente dans les esprits en cette mi-août 1972. 

Cette même page 79, on peut lire un petit article de Henri Spade, qui relate la genèse de "La Princesse du rail", il m'avait d'ailleurs raconté cette anecdote en janvier 2006 lorsque je l'interrogeais pour mon livre sur Muriel.

Henri Spade a eu l'idée du scénario au cours de la dernière guerre. "Alors que je rejoignais clandestinement la France libre, je dus emprunter une petite ligne de chemin de fer d'Auvergne, entre Clermont-Ferrand et Nîmes. C'est durant ce voyage mouvementé que j'écrivis les premières lignes de l'histoire...avant de savoir qu'un jour je serai moi-même son metteur en scène!"

Je passe sur une autre lettre de téléspectateur qui parle de "La Princesse du rail" estimant que les acteurs ont l'accent parisien, car il ne parle pas de Muriel.

Le dimanche 12, il n'y  a que le sixième épisode de "Quentin Durward" sur la Une à 13h15 qui soit intéressant. Je ne reverrai pas le septième et dernier (vu en février 1971) puisque le dimanche suivant, je serai en vacances sans télé.

Je reviens sur samedi 11 pour préciser que l'épisode de "L'Odyssée sous-marine de l'équipe Cousteau" s'appelait "Les requins" et était une rediffusion d'octobre 1969. Ce court-métrage a été filmé en 1967 en mer rouge.

 

Lire la suite

12 août 1972

12 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Les vacances sont décidées au dernier moment et nous allons partir en Normandie dans les jours suivants sans télé.

 Ce samedi 12, il n'y a guère que "L'Odyssée sous marine de l'équipe Cousteau" à 21h45 sur la 2 qui vaille la peine d'allumer la poste.

 En fait, l'ORTF programme comme "série" et en "saisons" des films documentaires réalisés par Jacques Yves Cousteau entre 1942 et 1972. 

 Ceux de 1969 obéissaient aux mêmes principes (la fameuse "première saison"). Ainsi, "Le lagon des navires perdus" a été filmé en 1970 aux îles Carolines.

 Sinon, entre "Yao" et "Suivez Budart", nous ne sommes pas gâtés. Sur la 2, à 20h30, des variétés présentés par Jacques Martin et Danièle Evenou.

 La Une propose à 20h30 une dramatique assommante "Lui" avec Denis Manuel, Nicole Mérouze, René Havard et Alfred Pasquali. Suivent des variétés des Carpentier avec Jacqueline Maillan, "Au Clair de la Une" à 22h05. Invités : Francis Blanche, Charles Trénet, Romain Bouteille le roi du café théâtre et la débutante Catherine Lara.

Les Carpentier sont suivi d'un show Jerry Lewis aujourd'hui complètement oublié mais qui faisait rire à l'époque.

 Pas de Muriel dans tout cela hélas!

 

Lire la suite

11 août 1972

11 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #VOYAGE DANS LE TEMPS

Huitième épisode de "Flipper le dauphin" : "Bud, chef d'entreprise". à 19h35 sur la 2 qui propose enfin un divertissement le soir, "Entrez sans frapper" à 20h30, de Pierre Bellemare et des frères Rouland, qui recoivent de joyeux lurons, Pierre Tornade et Jacques Bodoin.

 Le reste ......

 Il est difficile de passer du foisonnement de juillet (surtout du 15 au 31) avec cette suite du mois d'août.

 L'ORTF va attendre que je sois parti en vacances en Normandie pour proposer des rediffusions de feuilletons excellents : "Le Prisonnier" chaque dimanche après "Camion Stop", "Corsaires et flibustiers" et "Bob Morane" remplaçant "Yao".

 Heureusement, aucun programme avec Muriel ne sera diffusé pendant mon absence sans télé. Bien entendu, je ne fais que rêver à Muriel.

A propos de rêve, il me semble qu’elle venue hanter mon esprit cette nuit car je me sens bien, rassuré, calme, sécurisé, mais à mon réveil, je ne me rappelais pas du rêve ni si Muriel y était. D’où elle est, elle doit me voir bien amer et déçu par mon séjour à Brioude, et veut sans doute me consoler.

 

Lire la suite

POEME

10 Août 2017 , Rédigé par patricks Publié dans #POEME

La mort n’est rien,
je suis seulement passé, dans la pièce à côté.
Je suis moi. Vous êtes vous.
Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné,
parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.
N’employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel ou triste.
Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé à la maison
comme il l’a toujours été,
sans emphase d’aucune sorte,
sans une trace d’ombre.

La vie signifie tout ce qu’elle a toujours été.
Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de vos pensées,
simplement parce que je suis hors de votre vue ?
Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin.

Vous voyez, tout est bien.

 

HENRY SCOTT-HOLLAND

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>